Os Saint-Valentin

 
 Le mot de trop. 
 
 
Os Saint-Valentin


 
« - Tu m'énerves, j'en ai marre d'être avec toi ! »
 
Très agréable comme mots doux, chéri. Voici mon mec, celui qui vient de me cracher cette horreur : Samuel.
 
« - Je t'énerve ?! Si tu restais un peu avec moi au lieu de toutes ces connes qui te tournent autour ! Mais ça ne te gêne pas à ce que je vois ! C'est moi qui en ai marre ! »
 
Et me voici, comme vous le voyez je suis loin d'être une fille simple et timide. Et voici encore une dispute entre mon copain et moi, la troisième depuis deux semaines. Tout le monde me dit que je ferrais mieux de prendre mes cliques et mes claques pour aller me trouver quelqu'un d'autre mais quelque chose me pousse à rester coller à cet idiot, l'amour sûrement. Au début, l'amour débordait de lui et maintenant il est quasiment inexistant on dirait ou soit, il est très bien caché au fond de lui.
 
« - Toutes ces connes ?! Dit-il sur un ton haineux, très remonté. Mais tu t'es vu avant de parler ?! Faut dire que t'es pas tellement ce qu'on appelle une bombe ! Je sais même pas ce que je fais encore avec toi d'ailleurs, y a plein d'autres filles qui voudraient être avec moi ! »
 
Lâche toi bébé, tout ce que tu diras me passeras au dessus, je m'en fou. Il est venu me crêper le chignon depuis vingts minutes pour une histoire débile, mais comme je suis quelque peu impulsive je me suis vite emballée, la raison de cette dispute  ? Je ne sais plus vraiment, peut-être une autre crise de jalousie, un problème de boulot mais le fait est que, Samuel vient lâcher ses nerfs sur moi. Après tout, je le connais plus que bien car on est ensemble depuis bientôt deux ans, j'ai 18 ans et lui, 21. Très mature vous direz-vous ?
Cependant, ça va un peu loin aujourd'hui, cet imbécile ne va jamais jusqu'à m'emmerder sur mon physique, jamais. Il doit probablement avoir ces règles mais version masculine, ça ne peut qu'être ça.  Faut dire que moi, sans me vanter, je suis assez bien formée. Mes origines africaines ne m'ont, comment dire, pas ratée.
 
Énervée je réponds :
« - Et toi tu t'es vu espèce de gros thon ?! Je vais faire les courses, je me retourne et où sont mes courses ? Ah oui c'est ce gros thon de Samu qui vient de les finir ! Si tu tiens tant que ça à tes putes va les retrouver ! Y a pleins de mec qui sont jaloux de toi et qui me veulent contre eux, ce sera pas une grosse perte si on se sépare ! »
 
A présent, c'est comme si des éclairs lui sortent des yeux, quand on s'engueulent ça finit généralement comme ça, il sort très énervé et ne m'adresse plus la parole pendant 2 jours et on finit par décider qui avait raison au lit. On dirait un vieux couple mais le notre est bizarre depuis le début, c'est toujours comme ça. Inutile de dire que j'ai un mauvais présentiment pour ce soir ? Quoiqu'il en soit, Samuel s'énerve et se laisse totalement aller me disant des paroles qu'il ne dit jamais. Il me demande qui sont ces mecs jaloux dont je parle, il me contredit en disant plutôt que c'était les crevards selon ses mots qui me regarderaient et que le reste ne m'accorderaient même pas un regard. Il se contredit lui même en disant que tout ceux qui me regarderaient dans la rue auraient été attiré par le fait que je sois conne, que les connes attirent tout en se trémoussant. Parce qu'en plus de me traiter de conne plusieurs fois, tu m'insultes de prostituée ? Je rêve !  
 
« - Moi une conne ?! Excuse moi de ne pas m'être fait virer de la plus grande université du pays ! Je rétorque même, toujours très remontée contre sa belle gueule. Je suis loin d'être conne, sale raté !
- Moi un raté ?! Continue-t-il vivement, s'apprêtant à encore m'insulter. Sans moi, c'est toi la ratée ! Tu_
- Tu t'es pris pour le centre du monde ou je me trompe ?! Sans toi je vais juste enfin pouvoir vivre tranquille, sans un gars jaloux qui dès que je sors au Super marché chercher des bonbons pique une crise monumentale !
- Et après c'est moi le gros thon ?! Répète-t-il intelligemment visiblement fier de me rappeler mon faible pour les bonbons. Tu vas t'acheter des bonbons 6 jours sur 7 et parfois même tous les jours !
- C'était ça ou la clope, me fais pas chier ! »
 
Il sait qu'il a tort et moi raison. Ayant accepté de vivre ensemble on a établit un petit nombre de règles telles que " Ne pas fumer entre nous", " Suivre le planning des courses" ou encore " Autoriser l'autre à venir coller ses pieds froids en hiver sous le duvet." J'avoue que cette règle m'est plutôt dédiée car je suis très frileuse en hiver, on avait inventé cette règle lorsque tout allait bien, lorsque nous étions encore fou amoureux l'un de l'autre. La règle de la clope entre nous avait été remplacée par une autre drogue de notre choix, j'avais choisi les bonbons alors que lui avait choisi les chips, on avait chacun notre sorte préférée et on se l'achetait lorsqu'on voulait une réconciliation immédiate. 
Concernant nos boulots, Samu travaille en tant que mannequin non connu, juste pour des pubs étrangères et moi, j'étudie pour devenir une psychologue donc je ne travaille pas encore, l'université dans laquelle je vais est assez réputée donc coûteuse mais j'y suis entrée avec une bourse. C'est qui, l'intelligente maintenant ? 
Samuel est très persistant ce soir, c'est comme s'il cherchait quelque chose qui me fera vraiment mal, ça ne me plaît pas du tout, on a tout de même un peu de respect l'un envers l'autre. Il s'approche de moi, vient placer sa bouche près de mon oreille et lance une phrase qui me glace le sang. 
- Regardes-toi ! T'es plus du tout attirante avec tout les kilos de bonbons que tu manges ! Personne n'a envie de te toucher, t'es horrible !
 
« Plus attirante... ?»
 
Je m'étais figée, Samuel toujours près de moi me glisse encore " Alors à quel point la vérité fait mal ?" De toutes les horreurs qu'il pouvait me balancer il avait fallu qu'il me dise ça... Mes yeux  se remplissent de larmes sous ses yeux surpris. Samuel...C'est trop.
 
« Plus attirante du tout ...? »
 
Depuis toute petite, sous mes airs je-m'en-fous, je fais très attention à mon apparence, c'est mon complexe le plus important. Je ne lui avais jamais dit et je pensais qu'il ne m'aurait jamais poussé à ressentir ce genre de sentiments que j'ai toujours détesté. T'as fait fort...Je ne réponds plus à rien, je n'entends plus rien et ne vois presque plus rien avec mes yeux remplis d'eau. Il a peut-être raison... Les bonbons ont été mon refuge depuis toujours mais j'ai arrêté les sucreries cherchant à réduire le nombre de bonbons que je mangeais,  juste pour lui, juste pour Samu. Pour qu'il me trouve attirante justement...Une larme coule, puis deux, puis trois et pour finir dans un torrent dévalent mes joues métissées. Je les cache tout de suite ne souhaitant pas qu'il découvre mes larmes, il  pense vraiment ce qu'il vient de dire...?
 
Interloqué que je mette à pleurer il s'avance vers moi, doucement savant qu'il a peut-être été un peu loin. De mon côté, malgré mes tentatives pour essuyer mes larmes rien n'y fait, le torrent ne semble pas vouloir s'arrêter.
 
- Julie ? Appelle-t-il inquiet, tu...pleures...?
 
Je ne peux plus m'arrêter de pleurer, les larmes coulent malgré que je les essuie chaque trois secondes, traîtresses !  Ce n'est pas la première fois que je me mets à pleurer en pleine dispute, généralement c'est à cause de la frustration, de a colère mais jamais à cause de la douleur des insultes. Je partais du principe que se disputer était normal mais qu'il fallait absolument savoir où s'arrêter, Samuel ne semble pas du même avis car à chaque dispute il se donne un malin plaisir à me faire du mal. La dernière fois, alors qu'il me criait dessus depuis une bonne heure il a laissé transparaître ne pas être heureux et vouloir rencontrer quelqu'un d'autre, une meilleure petite amie, plus douce et plus...jolie. Je sais qu'être énervé rends les choses plus délicate car les paroles dépassent souvent notre pensée mais en ce moment ça devient une habitude, Samuel semble vraiment commencer à cesser de m'aimer et réfléchit sérieusement à ses options loin de moi...Malgré tout ce que je dis, j'aime toujours Samuel, donc ça me fait mal.   

Je renifle doucement, cherchant des yeux un mouchoir. Je sais que je garde toujours une boîte près de notre lit, pensant maintenant à ma futur soirée remplie de mouchoirs, de larmes et de jurons à son propos je décide de m'éclipser rapidement. Qu'auriez vous fait à ma place ? J'ai fait de nombreux efforts et ce con me les jette à la figure prétextant que tout ça n'a servi à rien. Qu'il aille se faire voir...  
Bien décidée à m'éloigner de lui, je recule de quelques centimètres mais très vite ma tête me rappelle à l'ordre, tout tourne et depuis quelques minutes je n'arrivais plus à respirer normalement. A croire que la remarque de Samu avait chamboulée tout de moi, mon cerveau, mon c½ur et tout ce qui faisait marcher mon corps, plus simplement l'effet d'une tornade. Mes oreilles bourdonnent, mon nez s'était bouché depuis peu, rendant ma respiration encore plus laborieuse, il fallait que j'aille m'allonger très loin de lui. La voix de Samu me revient d'un coup aux oreilles comme si elles s'étaient débouchées d'un coup, je l'entends m'appeler :     
 
- Bébé ? M'appelle-t-il me voyant bouger, désolé ça-ça à échapper ma pensée, calmes-toi...
  
Très mauvais choix de me demander de me calmer et va te faire voir, dégage je veux plus te voir. Le souvenir de lui avoir dit que je souffrais de problèmes d'hyperventilation me revient à l'esprit, il doit s'en être souvenu aussi. S'il avait ça en tête il aurait dû se retenir et tenter de ne pas me faire pleurer !  Ce n'est pas dangereux, je sais comment faire. Il suffit juste que je pense à autre choix et que j'oublis qu'il se trouve dans la pièce.  
 
 « Plus attirante... ?» Comment penser à autre chose avec cette phrase qui flotte dans ma tête ?  
 
- Va te faire voir...Je...Je me débrouille sans toi, éloigne toi... Mes paroles sont souvent coupé par mon souffle court, dégage...

Je m'agrippe au mur, parler n'est pas une bonne idée lorsqu'on manque d'air...Il hésite mais ne quitte pas sa position, il tente même de s'approcher de moi. Qu'est ce que tu ne comprendre pas dans dégage ?! Tu veux que je meurs asphyxiée ?! Chacun de ses pas me stresse de plus en plus, pourquoi tu ressens le besoin de venir e coller maintenant, n'est ce pas toi qui vient de me traiter de mocheté ?! Mon espace vital est maintenant comblé par sa présence, je glisse contre le mur me retrouvant les fesses à terre en quelque millièmes de secondes. Il recule d'un pas dû à la surprise avant de s'agenouiller lui aussi et poser ses mains sur mes genoux. Je ferme les yeux, me protégeant de tout ce qu'il me dira, même si je doute qu'il soit venu pour enfoncer le couteau dans la plaie et me rappeler à quel point son commentaire sur mon poids m'a fait du mal.     
 
« - Julie respire correctement. Sa voix calme m'envoie une décharge tout le long de ma colonne vertébrale, regarde moi. 

N'écoutant plus que le son de sa voix mêlé à celui de l'horloge je tente de respirer à grande bouffées d'air.  « Plus attirante... ?» Je me crispe brusquement et tente de le pousser vivement, je ne vais pas me laisser diriger par un baratineur comme toi ! Mon souffle se coupe encore, je commence à paniquer.

- Julie ! Il crie pour la première fois depuis dix bonnes minutes, agrippant ferment mes bras. C'est dangereux, arrête de paniquer ! Respire calmement ! 
- Mais c'est à cause de toi que je panique, éloigne toi de moi ! Je cris avec tout le souffle que j'ai en réserve. 

Il se fige, ne se doutant pas que mes ratés étaient de sa faute. Samuel s'éloigne de quelque centimètres et l'air semble me revenir, je tousse en inspirant de grandes bouffées d'air.  Il se lève et part me chercher quelque chose dans la cuisine, c'était dangereux ça !Il revient avec un verre d'eau et mes médicaments que j'avais caché dans un des tiroirs de la cuisine. Je ne tenais pas à ce qu'il sache que je pouvais presque mourir dès qu'une émotion devenait trop forte. Comment est-ce qu'il sait ? Il le savait depuis tout ce temps ?  
 
Il me sort un comprimé et me tend le verre d'eau, je les prends en tremblant, surprise qu'il assure dans un moment  pareil. Samu s'éloigne, une expression indéchiffrable sur le visage et part s'adosser au mur opposé à moi. Il croise les bras et me regarde le regarder, ne disant plus un mot. 
 
- J'ai dis des conneries, j'ai passé mes nerfs sur toi, excuse-moi. Fait-il sérieusement sans bouger. 
 
Je me calme et retrouve une respiration normale, l'écoutant déballer son sac. 
 
- Je...Il hésite avant de continuer,...Tu m'évites depuis des semaines...je...je savais plus quoi faire...
 
C'est vrai que la dernière fois où il m'a embrassé plus chastement remonte à trois semaines, il ne m'a plus touché depuis la même période. Ça me revient....J'ai commencé un régime car moi aussi je trouvais que je prenais trop de poids, j'ai combattu l'envie d'aller me coller à Samuel et manger des bonbons avec lui...
 
- Tu prenais tes distances, de plus en plus...J'ai essayé de venir te parler mais tu m'as rembarré à chaque fois. 
 
Il était venu me demander plusieurs fois si je voulais aller manger dehors, et qui dit manger dehors dit dessert au chocolat, j'avais refusé presque à chaque fois le laissant souvent seul. Au lieu de rester collée à lui et de commander une pizza, je restais coincée dans la cuisine devant un bouquin qui généralement s'intitulait Comment manger équilibré ?  et bien d'autres bouquins dans le genre. J'avais laissé tomber les bonbons pour mes fruits, m'inquiétant des calories que j'ingurgitais par jour comme une névrosée. Au lieu de rester comme nous en avions l'habitude tout les soirs devant la télé les bras l'un dans l'autre, je partais faire un jogging pour évacuer mes angoisses concernant mon poids. J'ai commencé à me regarder devant chaque miroir que je voyais, cherchant la moindre imperfections ou changement de poids. J'ai commencée à détester tout mes habits, pensant que je montrais une image grossie de moi, ils devenaient, à mes yeux, le symbole du laisser aller. Les joggings larges et les gros pulls me narguaient soulignant la grosseur de mes bras ou de mes jambes. J'avais les nerfs, je voulais entrer dans du S et non du M, je voulais que Samuel le comprenne et non qu'il m'invite à manger une pizza dehors.
Lui aussi m'énervait, il lui le mannequin avec sa taille musclée et sans un gramme de muscle me rendait jalouse, je ne comprenais plus pourquoi il sortait avec moi. Il revenait toujours du boulot avec un sourire rayonnant, comme si rien ne se passait et dès qu'il m'apercevais le perdais aussitôt. Vexée, je l'ai évité comme je pouvais, me faisant des films toujours plus déjantés les uns des autres. J'ai fini par oublié  tout mon projet au bout de deux semaines, je ne supportais pas d'être loin de Samu, mais lorsque je suis revenue comme une fleur vers lui je n'ai pas été bien accueillie. On s'est disputé, il croyait que je le trompais comme moi. 
 
- En plus de devenir distante, tu changeais...Il détourne le regard, tout d'un coup plus triste. Plus de bonbons mais ces fruits dont je ne savais même pas l'existence, plus de soirée télé comme tu les aimais mais tes séances de joggings qui duraient des heures. Il avale sa salive, comme s'il s'apprêtait à me dire quelque chose d'horrible. Je...je suis devenu une option, tu ne m'aimes plus ? Pourquoi vouloir t'éloigner à tout prix de moi, qu'est-ce que j'ai fait ?    
 
 Le silence remplit la pièce prenant que je digère tout ça, Samuel soupire avant de s'asseoir sur une chaise à deux mètre de moi, il pose ses mains sur ses genoux en me regardant douloureusement. 
 
- C'est quelqu'un d'autre...? Seule la question semble lui avoir écorchée la bouche, c'est pour qui que tu changes comme ça ? Dis le moi, je préfère savoir que de m'accrocher comme je le fais depuis un mois...
- Il n'y a personne...Je dis soudainement le faisant sursauter, je ne ferais jamais ça...
- Alors pourquoi...? Me demande-t-il après plusieurs secondes de silence, hésitant. Tu ne m'aimes plus ? 
 
Comment ça serait possible ? Bine sûr que je t'aime....
 
- Et toi, est-ce que tu m'aimes encore ? 
 
Il me regarde dans les yeux comme si je venais de lui demander la taille de l'espace, très surprit et un peu halluciné. 
 
- Bien sûr que je t'aime encore Julie. Bien plus que tu ne le penses... 
- Vraiment ? Alors pourquoi insinué que je ne suis plus attirante, que personne ne voudrait de moi ? Tu sais ce  tu n'est plus attirante ! Voilà pourquoi je m'éloigne, je fais des régimes, j'essaie de devenir aussi maigre que toi, une fille qui a le droit de sortir avec toi, le mannequin ! Je hausse la voix, le regardant toujours dans les yeux.  Les bonbons, les pizza, le chocolat, toutes ces choses font grossir ! J'ai honte de manger tout ça, j'ai honte de me promener à côtés de toi, j'ai peur de ce que les gens diront si tu me présentes à tes amis du boulot. Ma voix faibli, j'ai vraiment peur...
 
Après avoir révélé la vérité, je tente de me cacher dans mes bras, la tête dans les genoux je ne peux plus voir ce qu'il fait. Je l'entends se lever et m'appeler doucement, je sursaute quand je sens une de ses grandes mains se poser doucement sur mon épaule. Il s'assoit à mes côtés doucement et m'enlace.
 
- Tu es magnifique comme tu es, Julie. Mes collègues à l'agence de mannequin n'arrêtent pas de me jalouser car je sors avec une bombe exotique, ils disent que je suis le plus chanceux de l'univers. Saches que même s'ils te détesteraient, j'aurais toujours souhaité finir ma vie avec toi et je les aurais massacré pour voir dis ça.   
- Quitte à perdre ton boulot...? Fais-je faiblement 
- Quitte à perdre mon boulot. Il me serre dans ses bras avec un peu plus de force, comment peux-tu douter de mon amour pour toi ? Tu es la plus importante du monde, de mon monde en tout cas.   
 
Le voir aussi câlin m'avait manqué, il pose sa tête prêt de la mienne et m'embrasse un peu partout. Il n'y a pas à dire, mon petit ami dégage une sorte de phéromone de confiance autour de lui, j'ai bu chacune de ses paroles comme de l'eau, ne doutant pas une seconde de leur véridicité. J'avoue que c'est ce qui m'avais plu lorsque je l'avais rencontré la première fois, lors d'un shooting pour son agence.
 
Il y a trois ans, alors que je passais faire des courses dans le magasin du coin, je suis tombée sur un casting dans la rue avec plein de garçons aussi beaux les uns que les autres, Samuel était l'un de ces beaux mecs. A l'époque libre comme l'air, j'avais décidé de m'arrêter profiter du spectacle très plaisant. Je m'étais planquée dans un coin, observant l'assurance de toutes ces personnes. L'un d'eux dégageait beaucoup de charisme, comme une étoile au milieu de la nuit noire. Inutile de dire que je l'avais regardé à chacun de ses passages, complètement sous le charme de ce beau brun au sourire solaire. Les autres faisaient pâle figure en comparaison de lui, de ce bel inconnu. J'avais décidé d'attendre la fin du shooting pour oser aller lui demander son numéro car je ne me voyais vraiment pas partir et abandonner l'idée de lui parler. Malheureusement, plus j'attendais plus d'autres filles cherchaient à aller lui parler et comme je n'avais, à l'époque pas entièrement confiance en moi j'ai abandonné. Les résultats ont été annoncés, Samuel, c'était son nom n'avait pas gagné car il manquait d'expérience. J'avais souris devant son fair-play car il avait été prendre le gagnant dans ses bras lui souhaitant bonne chance dans la compagnie.
Après avoir gorgé mes yeux de son visage, je m'étais éclipsée discrètement avec un mauvais regard pour celle qui ira lui parler. Quelques pas plus tard durant lesquels j'avais lutté contre l'envie d'y retourner, d'écarter toutes ces pimbêches et m'accaparer Samuel, une voix m'avait arrêtée, une belle voix masculine que je connaissais depuis maintenant une petite heure. en me retournant, j'avais découvert Samuel,toujours dans les vêtements dans lesquels il avait défilé, me courir après. Toujours avec ce beau sourire, il m'avait dit " Tu sais, après m'avoir observé pendant une heure tu peux venir me parler..." Confuse et surtout gênée, j'avais répondu quelque chose comme " Tu avais remarqué ? C'es un peu la honte mais toutes ces filles semblaient si jolies..."Il avait ri avant de répondre, " Quelques filles étaient des figurantes, des filles pour appâter le public et faire de la pub pour la marque, d'autre étaient des petites curieuses comme toi" J'avais ri à mon tour, m'excusant sans vraiment le penser. Il s'était présenté, m'avait confié que lui aussi avait attendu la fin du casting pour venir me parler.
 
C'était comme ça que tout avait commencé, on s'était revu, plusieurs fois avant de se mettre ensemble  et de filer le parfait amour.
 
Personne n'aimait son boulot plus que Samuel et l'entendre dire qu'il serait prêt à perdre son boulot pour notre histoire me rends toute drôle. Je relève la tête, cherchant à me rassurer une dernière fois avant de céder. Dans ses yeux bleu pas une once d'hésitation les tâche, il est totalement sincère.
 
- Tu es sûr que ça ne te déranges pas...? J'insiste, toujours peu sûre.       
 
Une de ses mains retrouve mon menton et m'oblige  la regarder dans les yeux, il a les lèvres pincées signe qu'il n'aime pas que j'insiste. Le brun colle un baiser bruyant sur mon front en menaçant de me faire taire si je continue à être aussi peu sûre de moi. Je finis par sourire en me rappelant la fois où il avait vraiment exécuté cette menace, je l'avais taquiné pendant de longues minutes sur une ancienne addiction à la glace. on avait joué avec le pot de glace, s'embrassant. On avait chacun fini collants et avec un gros mal de tête.
 
Je sens une petite pression sur ma joue, Samuel glisse sa bouche près de mon oreille, prêt à parler :
 
- Tu penses...Il devient hésitant, qu'avec une...ba-bague tu serais...pl-plus sûre...?
 
Je me fige, attrapant rapidement sa main.
 
- Vraiment...? Fais-je ne me retournant complètement vers lui.
 
Je vois sa main trembler et ses yeux m'éviter. Samuel est nerveux, oh mon dieu c'est vrai ?! Je lui repose la question plusieurs fois et il finit par secouer positivement la tête toujours incapable de dire quelque chose. 
 
- Tu-Tu trouves que c'est pas le-le moment..? Il me regarde enfin dans les yeux, stressé.
- Même si j'ai été horrible ? Même si j'ai été idiote ? Même si je suis une petite curieuse ? Même si je suis moi ?
 
Il sourit, m'embrassant finalement. L'euphorie de sa demande m'a fait oublier l'affreuse soirée et l'affreuse phrase, je m'agrippe à lui comme à une bouée. Le baiser devient long, comme s'îl cherchait à effacer toute cette période durant laquelle rien n'allait. Après de longues minutes, il s'éloigne respirant très vite totalement électrifié par ce baiser. Je fonds sur ses lèvres une nouvelle fois, lui coupant l'herbe sous le pied, sachant qu'il allait encore parler. De longues minutes plus tard, l'air devient rare et nous force à se séparer, Samuel toujours les yeux fermés souffle à quel point il m'avait manqué, à quel point je l'aime. De longues respirations plus tard, il dit finalement, avec l'un de ses sourires solaires :
   
- C'est justement parce que tu es toi...Épouse moi, Julie...
 
Contre ses lèvres, je murmure un " Oui", lui promettant que si jamais une autre scène comme ce soir se produisait, il allait souffrir. 
 
 
 
 
 
Os Saint-Valentin

 


Fin. 
 
 
°Coucou ~!
Alors ça vous a plu ? Dites-moi tout ! :')
Je tenais faire un p'tit truc pour la fête des amoureux donc voili-voilou.
 
 Edit du 2 janvier 2016. 
 Bonne année 2016 à tous, j'ai retapé ce texte de la Saint Valentin 2014 car il avait vraiment besoin d'un coup de frais. J'espère que cette version sera plus à votre goût.
 
En tout cas merci d'avoir lu vraiment. 
 
 
 
Némo.
 

Tags : Lecture courte - Os

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.161.77.30) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Hinata1999

    27/01/2018

    C'est un très beau message qu'il faut faire passer. Si t'as envie de changer et que c'est un choix qui vient uniquement de toi: vas-y, si c'est l'influence du regard des autres: faut pas les écouter et changer de fréquentations même x)

  • Potaus

    24/01/2018

    Hinata1999 wrote: "Oh mon dieu. Je ne sais pas comment m'exprimer mais comment te dire: j'aime cet OS. Je crois que c'est le one-shot le plus beau, le plus pur et le plus sincère que j'ai jamais lu. C'est un OS qui fait du bien. "

    ...Woa...si je m'attendais à une telle réaction...Je...sais pas quoi dire haha...Je suis infiniment contente qu'il t'ait plu, que tu le trouves sincère car j'ai vraiment tenté de le rendre plausible tout en touchant un sujet que pas mal de filles luttent : Le regard sur soi. Moi-même, en 2013-14 , quand je l'ai écrite, étais encore jeune et avais un petit problème du genre. J'ai cherché à...motiver certaines et leur dire, enfin leur crier comme le fait Julie, que les choses que l'on pense croire ne sont pas forcément les bonnes. Ma Julie est du genre à changer pour suivre l'image parfaite qu'elle a de son amour et ne comprends pas qu'elle enfonce le choses en s'éloignant. Ce texte renferme ce que je souhaite toujours me dire et ne jamais oublier : Se voir à travers ses propres yeux est loin d'être réaliste, demande à ton chéri, il te le dira sincèrement et avec un peu de chance, de l'amour...Hahah je m'emporte, je m'arrête.

    Contente que cet Os t'ait fait autant de bien qu'à moi à la lecture de ton commentaire ! <3

  • Hinata1999

    21/01/2018

    Oh mon dieu. Je ne sais pas comment m'exprimer mais comment te dire: j'aime cet OS. Je crois que c'est le one-shot le plus beau, le plus pur et le plus sincère que j'ai jamais lu. C'est un OS qui fait du bien.

  • Le-journal-de-Nagisa

    16/05/2015

    Hello !
    Je fais le tri dans les articles du répertoire ainsi que les liens morts. Tu peux donc recevoir ce commentaire plusieurs fois ! Je vérifie donc le nombre de chapitres entre l'information de l'article et ton blog ou bien le lien (pour les One Shot). Je vais faire assez court mais si tu es toujours actif/ve, envoie moi un commentaire en le disant sur chacun de tes articles, question d'organisation.

    Virtuellement,
    Nagisa

  • Le-journal-de-Nagisa

    02/05/2015

    Coucou ! Tu as reçu un avis sur ton One Shot :
    http://le-journal-de-nagisa.skyrock.com/3226102911-One-Shot-n-232-Potaus.html

    Nagisa :3

  • Potaus

    23/12/2014

    Hinata1999 wrote: "Hey ! :D

    J'ai dit que je viendrai lire ton one-shot: je suis là. c:
    Je l'ai beaucoup aimé ! D'habitude les disputes qui finissent en révélation gnangnantes ne sont pas mon truc mais là je sais pas pourquoi, la manière dont c'est écrit fait que ça a l'air plus vrai, plus réaliste et donc ce côté "on se réconcilie alors qu'à la base ça devait être fini parce que sinon c'est nul si ça finit pas en Happy End" on le ressent pas. Je pense que ces quiproquos finissant par une demande en mariage peuvent vraiment être des scènes de "la vie de tous les jours" si je puis dire et j'ai vraiment beaucoup aimé. c:

    Je ne te cache pas que les seuls problèmes par contre de ce one-shot sont les fautes d'orthographes uwu x)

    Bref, j'ai hâte de relire un autre de tes one-shots comme ça ! :D

    Tchoussy !

    Yumi U.
    "

    Bonjour !
    Je suis contente qu'il t'ai plu, Ahaha pourtant c'est la troisième fois que je le corrige >< L'orthographe ne m'aime pas du tout xD Et de nouveau os dans le genre sont en train d'être écrit :D
    Bonne fête !

  • Hinata1999

    22/12/2014

    Hey ! :D

    J'ai dit que je viendrai lire ton one-shot: je suis là. c:
    Je l'ai beaucoup aimé ! D'habitude les disputes qui finissent en révélation gnangnantes ne sont pas mon truc mais là je sais pas pourquoi, la manière dont c'est écrit fait que ça a l'air plus vrai, plus réaliste et donc ce côté "on se réconcilie alors qu'à la base ça devait être fini parce que sinon c'est nul si ça finit pas en Happy End" on le ressent pas. Je pense que ces quiproquos finissant par une demande en mariage peuvent vraiment être des scènes de "la vie de tous les jours" si je puis dire et j'ai vraiment beaucoup aimé. c:

    Je ne te cache pas que les seuls problèmes par contre de ce one-shot sont les fautes d'orthographes uwu x)

    Bref, j'ai hâte de relire un autre de tes one-shots comme ça ! :D

    Tchoussy !

    Yumi U.

  • Le-journal-de-Nagisa

    26/09/2014

    Ce One Shot était très appréciable malgré le fait que j'ai vraiment eu l'impression de lire un journal intime d'une adolescente de 16 ans car, vu que le point de vue était interne, certaines phrases ne collaient pas avec l'âge des protagonistes. Quelques petites fautes d'inattention par ci, par là mais en rien dérangeantes. Le seul petit point négatif est peut être la longueur des dialogues ; ils sont extrêmement longs et c'est rare pour ce genre de choses.
    J'ai bien aimé aussi l'ambiance de ton histoire : on ne sait pas vraiment comment va réagir Julie, si elle va vraiment partir ou non. En bref, un petit suspense planait jusqu'à la fin. Peut-être que Julie était un peu trop naïve pour moi ? Ca ne m'a pas empêché de bien aimer ton écrit !

    > Cet avis a été posté sur ton article du répertoire~

  • Le-journal-de-Nagisa

    22/07/2014

    Voici ton petit lien :
    http://le-journal-de-nagisa.skyrock.com/3226102911-One-Shot-n-232-Potaus.html

    Nagisa :3

  • Potaus

    21/03/2014

    ZLHLN wrote: "ouah tu écris merveilleusement bien, j’étais littéralement plongée dans l'histoire. continue comme ça bravo bravo bravo"

    Merci beaucoup ! :')Je suis très heureuse que mon OS t'ai plu :D J'écris aussi une Fiction sur mon blog, je serais très heureuse de connaître ton avis :')

Report abuse